Docteur Agnès Guerre

PATHOLOGIE DES GLANDES SALIVAIRES
                                              Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie à Paris

prise-de-rendez-vous


PATHOLOGIES DES GLANDES SALIVAIRES



glandes-salivaires

Les glandes salivaires sont les glandes qui fabriquent la salive. Elles sont subdivisées en deux grandes classes.
Les glandes salivaires principales, de taille importante, sont paires, symétriques et au nombre de trois par côté : la glande parotide, la glande submandibulaire (ou sous-maxillaire) et la glande sublinguale.
Les glandes salivaires accessoires, de toute petite taille, elles sont plusieurs centaines réparties dans toute la cavité buccale (lèvres, joues, palais …)

La pathologie des glandes salivaires est extrêmement variée.
On peut la diviser schématiquement en deux grandes catégories, la pathologie non tumorale et la pathologie tumorale.
fond-couleur
La pathologie non tumorale est le plus souvent liée à la présence de calculs (lithiases) dans les canaux d’évacuation des glandes salivaires. Ces calculs peuvent alors être à l’origine de gonflements, de douleurs ou d’infection de ces glandes.
Quand ces calculs s’enclavent dans les canaux d’évacuation de la salive, les glandes se bouchent et augmentent de volume en devenant douloureuses. Si ces calculs ne s’évacuent pas ou ne se mobilisent pas spontanément, la salive bloquée s’infecte réalisant une infection de la glande (parotidite ou submandibulite).

Le traitement consiste, une fois l’infection traitée, en l’extraction ou la fragmentation du ou des calculs. En fonction de la taille et de la position de ces calculs, plusieurs techniques peuvent être utilisées : sialendoscopie, extraction endocanalaire par matériel miniaturisé, techniques combinées ou lithotripsie extra-corporelle.

Les glandes salivaires peuvent aussi se bloquer en raison de spasmes ou de sténoses (rétrécissements des canaux).

Les infections des glandes salivaires se nomment parotidite ou submandibulite en fonction de la glande atteinte. Elles peuvent être liées au blocage de la salive dans la glande par un calcul mais sont volontiers sans rapport. Bon nombre de parotidites sont virales (au cours de grippe ou des oreillons) ou bactériennes pouvant être à l’origine de la formation d’une collection de pus.

Les sialoses sont les atteintes des glandes non infectieuses. Les glandes salivaires peuvent en effet être touchées par les maladies générales (dites maladies de système) dont la plus connue est le syndrome sec de Gougerot-Sjögren. Elles sont alors souvent augmentées de volume et fonctionnent paradoxalement moins bien à l’origine d’une bouche sèche ou de douleurs.
Les troubles du comportement alimentaire (notamment l’anorexie), mais aussi les régimes trop rapides, les atteintes par le VIH, les médicaments et les états de stress peuvent provoquer les mêmes dysfonctionnements avec augmentation du volume des glandes, douleurs et bouche sèche.

fond-couleur
La pathologie tumorale retrouve les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes.
La glande parotide est la glande la plus fréquemment touchée par les tumeurs, mais heureusement la majorité d’entre elles sont bénignes, c’est à dire non cancéreuses, avec surtout la présence d’adénomes pléomorphes pour lesquels un bilan spécialisé et une prise en charge chirurgicale sont nécessaires.
Devant tout nodule (boule) apparaissant dans la région des glandes salivaires, il convient donc de consulter rapidement un chirurgien spécialisé.





Centre Chirurgical Carnot



12, Avenue CARNOT
75017 PARIS
Prise de rendez-vous :
+ 33 1 40 55 25 56



Clinique du Louvre



17, Rue des Prêtres Saint-Germain l'Auxerrois
75001 PARIS
Tél : 0826 30 60 60



Service de Chirurgie Maxillo-Faciale CHU Pitié-Salpétrière


47-83 Bd de l'Hôpital
75013 PARIS
Tél : + 33 1 42 16 13 61